Tragédie à l’Everest de Jon Krakauer

 

couv49302693

 

 

 

 

 

Publié par 10/18 

319 pages

8,10 euros

première publication: 1997 

traducteur: Christian Molinier

titre original: Into thin air

 

 

Résumé:

 

" Je t'aime. Dors bien, ma chérie. Je t'en prie, ne te fais pas trop de souci. " Telles furent les dernières paroles que Rob Hall, guide himalayen chevronné, adressa à sa femme depuis le sommet de l'Everest. Il ne devait pas redescendre vivant. Le 10 mai 1996, le Toit du monde fut le théâtre d'une véritable hécatombe. En route vers le sommet, quatre expéditions furent prises dans une violente tempête. En vingt-quatre heures, huit alpinistes, dont deux guides réputés, trouvèrent la mort. Envoyé spécial du magazine américain Outside, Jon Krakauer fait partie des survivants. Tragédie à l'Everest, son récit de ce drame, est un livre lucide et courageux qui passionnera tous les amoureux de récits d'aventures vécues, amateurs de montagne ou non, comme il a fasciné des millions de lecteurs américains. Un classique du genre.

 

 

Commentaire:

 

Je suis allée voir le film Everest lors de sa sortie il y a quelques semaines et j’ai beaucoup aimé. On ressort marqué par le film, surtout quand on sait qu’il s’agit d’une histoire vraie. Je vous recommande ce film…

Suite à ça, j’ai décidé de découvrir le livre à l’origine du film, le récit de Jon Krakauer, l’auteur d’Into the wild. J’ai dévoré ce récit en trois petits jours, prise par l’histoire et le style de Jon Krakauer.

L’auteur raconte pas à pas les évènements qui ont conduit à l’hécatombe que connu ce jour là l’Everest. Raconté de son point de vue, on est immergé dans l’aventure hors normes qu’il est en train de vivre. Même sans compter la catastrophe, rien que la préparation pour l’ascension est déjà une épreuve en soi. Personnellement, l’ascension des hauts sommets de la planète ne m’a jamais attiré, mais après cette lecture je suis sûre que ce n’est pas une expérience pour moi. Le corps humain est soumis à rude épreuve et on se demande comment ces hommes et ces femmes trouvent encore des ressources pour arriver au somment après des semaines d’efforts. Et surtout comment ils trouvent la force de redescendre. Car oui, j’avais toujours pensé que le plus dur était d’arriver au somment, mais en fait il faut encore trouver le courage de redescendre…

Dans le film, le personnage de Jon Krakauer est plutôt en retrait (il ne m’a pas marqué). C’est donc très intéressant de lire son point de vue sur l’aventure. Car s’il a survécu ce n’est pas facilement. A tout instant, son destin aurait pu basculer et il aurait pu faire parti des victimes.

Récit poignant et passionnant, j’ai beaucoup aimé ma lecture. Lecture différente de ce que je lis d’habitude. On découvre des hommes et des femmes prêts à repousser leurs limites pour atteindre leur but, le toit du monde. Y compris à y laisser leur vie. Ce récit m’a aussi fait découvrir l’envers du décor des ascension de l’Everest. Loin des images de neige immaculée que j’imaginais, les pentes de l’Everest sont en fait couvertes de bouteilles vides d’oxygène, laissées là par les grimpeurs (même si des opérations de nettoyages ont eu lieu). 

De nombreux détails et erreurs ont conduit à la catastrophe ce jour là sur l’Everest et Jon Krakauer se sent responsable de certaines erreurs. J’ai senti qu’à travers ce récit, il essayait, non pas de se pardonner, mais de demander pardon aux victimes et à leurs familles. Et aussi d’essayer d’exorciser ses cauchemars. Il est revenu vivant du sommet, mais pas indemne…

Récit que je vous recommande!

 

 

 

 

 

 

Lecture en octobre 2015