La septième victime de Mary Burton

 

couv14290396

 

 

Le tome 1 de la saga “Texas Ranger”....

 

 

Publié par Milady 

519 pages

7,90 euros

première publication: 2013

traducteur: Sébastien Baert

titre original: The seventh victim

 

 

Résumé:

 

À ses trousses, un tueur décidé à finir le travail.

 

Lara Church a échappé de peu à l'Étrangleur de Seattle. Ce tueur en série laissait le corps de ses belles et jeunes victimes dans des robes blanches cousues main. Depuis sept ans, il a disparu sans laisser de traces, et Lara, partie à Austin, tente de reconstruire sa vie malgré l'amnésie qui a effacé les souvenirs de son agression. Mais l'Étrangleur est de retour, dans sa nouvelle ville. Et entre la proie et son bourreau ne se dresse qu'un Texas Ranger, James Beck, déterminé à empêcher le tueur d'atteindre sa septième victime...

 

 

Commentaire:

 

Il s’agit de ma première découverte du travail de Mary Burton et j’ai été agréablement surprise. La romance prend très peu de place, laissant l’enquête au premier plan. 

L’intrigue de ce tome est très bien ficelée. L’auteur a réussi à me bluffer avec un twist de dernière minute. J’avais passé tout le roman à chercher l’identité du tueur (j’hésitais entre deux pour tout vous dire), mais au final Mary Burton a réussi à m’avoir.

Si vous cherchez une romance où l’histoire entre les deux héros est au centre du roman, passez votre chemin. Car ici c’est l’enquête de Beck qui est au centre de tout. Ca et la survie de Lara. Car comment vivre quand on a réchappé à la mort et qu’on sait que quelque part se trouve votre bourreau mais qu’on ne peut pas se rappeler son visage. Tous les hommes deviennent suspects à vos yeux. 

Lara est une femme brisée par ce qu’elle a vécue. Mais j’ai trouvé que pourtant elle avait une force de caractère peu commune, car elle réaaprend peu à peu à vivre. Elle s’est installée dans la maison de sa grande-mère, elle a un travail et surtout elle va enfin exposer ses oeuvres au public. J’ai trouvé que “l’interview” était une belle manière de dire: “je ne vais pas laisser ma peur dicter ma vie”.

Face à elle, on trouve Beck, un Texas Ranger. Il est tenace, peu causant et près à tout pour trouver l’identité du tueur. Et en chemin, ses sentiments pour Lara vont évoluer. 

Autre personnage fort de ce roman, Raines. Il s’agit du policier chargé de l’enquête de l’Etrangleur de Seattle. Maintenant à la retraite, il est bien décidé lui aussi à mettre la main sur le tueur.

Par contre, il ne fait pas bon être un chien dans ce roman. Le nombre de fois où le chien voit un vétérinaire durant un laps de temps assez court est impressionnant.

Une fois le roman commencé, j’ai été prise dans l’histoire. J’ai eu du mal à le lâcher. L'écriture de Mary Burton est addictive. Et il me tarde de la retrouver dans un autre roman...

 

 

 

 

 

Lecture en mars 2015