Il m’appelait Pikolo de Jean Samuel

 

9782266182843

 

 

 

 

Publié par Pocket 

213 pages

6,50 euros

première publication: 2007

 

 

Résumé:

 

À l'été 1944, à Auschwitz, le futur grand écrivain Primo Levi rencontrait Jean Samuel, comme lui déporté, comme lui confronté à l'indicible. Par affection, il lui donna le surnom de Pikolo. Trois ans plus tard, dans son chef-d'oeuvre Si c'est un homme, il faisait de Pikolo un personnage mythique, incarnation de la dignité conservée jusque dans l'horreur.

Témoin oublié, héros discret, Jean Samuel a longtemps tu ses blessures. Après soixante ans de silence, il a raconté ses souvenirs, sa rencontre avec Primo Levi et les moments exceptionnels qu'ils ont vécu ensemble, la marche de la mort, leurs incroyables retrouvailles, l'amitié quasi miraculeuse qui a lié les deux hommes jusqu'au bout.

Il livre également leur correspondance, lettres spontanées et profondes, d'autant plus touchantes qu'elles n'étaient pas destinées à être lues par d'autres qu'eux.

 

 

 

 

 

Commentaire:

 

Il est des livres dont il difficile de parler tant les mots semblent vains. Ce livre en fait parti.

 

Si c’est un homme de Primo Levi est l’un des livres qui m’a le plus touché. Suite à ma lecture durant mes études, j’ai eu le privilège de rencontrer l’un des hommes dont l’auteur parle dans son livre, Jean Samuel dit Pikolo. Cette rencontre avec un déporté m’a profondément marqué. Et lorsque je suis tombée sur ce livre je n’ai pas hésité.

 

Jean Samuel nous raconte ses souvenirs, ceux avec Primo Levi, ceux avec d’autres déportés. Ceux d’avant la guerre, ceux d’après. J’ai été touchée par ses souvenirs. Et admirative devant la force de caractère dont il a fait preuve pour survivre. 

 

Magnifique témoignage, témoignage humain,... A lire pour ne pas oublier!

 

 

 

 

 

 

Lecture en janvier 2015