Les tambours de Pern de Anne McCaffrey

 

couv45984583

 

 

Le tome 3 du cycle Les Harpistes issu de la saga La Ballade de Pern

 

 

Publié par Pocket 

246 pages

plus disponible en neuf (existe uniquement dans l'intégrale IV éditée par Pocket)

première publication: 1979

traducteur: Eric Rondeaux

titre original: Dragondrums

 

 

Résumé:

 

Les gros tambours grondaient en réponse à un message venu de l'est ; Piemur s'éveilla. Il venait de perdre sa voix et son avenir de chanteur s'annonçait plus qu'incertain. Sa nouvelle affectation, c'était la tour des tambours: c'est là qu'on apprenait le rythme, la procédure d'alerte et surtout le langage codé grâce auquel tous les weyrs et les forts pouvaient répondre instantanément aux attaques des Fils. L'art des tambours est lié à la guerre, à l'espionnage, à la communication. Nul ne s'étonnerait de voir Piemur, malgré son jeune âge, remplir des missions politiques.

 

 

 

 

Commentaire:

 

 

Après ma lecture de La chanteuse-dragon de Pern, j’ai enchaîné quasi directement avec la suite consacrée à Piemur, le jeune Harpiste ami de Menolly. Dans ce tome, quelques années ont passé depuis le tome précédent et Piemur vient de muer. Sa carrière de chanteur prend fin brutalement. Pourtant c’est le début d’une nouvelle aventure. Le Maître Harpiste entend bien utiliser les talents du jeune garçon à son avantage et pour le bien de Pern.

J’ai un peu moins accroché à l’histoire de Piemur. Il faut dire que c’est un tome un peu plus politique. On entre dans les machinations des Harpistes et des chefs des Forts. Et même si Piemur apporte toujours de l’humour à l’histoire, par moment j’aurai aimé qu’on intéresse plus à lui qu’à la politique. Surtout que Piemur ne connaît pas tout les tenants et aboutissants des événements qui se déroulent sur Pern. C’est assez frustrant pour le lecteur. De ce point de vue là je pense qu’on aura plus d’information dans le tome suivant qui est consacré à la vie de maître Robinton.

Piemur est toujours un personnage aussi attachant. Malgré son jeune âge, on voit qu’il est débrouillard et prêt à beaucoup pour réaliser la tâche qu’on lui a confié. Si dans le tome précédent, c’était des filles qui étaient des pestes, ici ce sont les apprentis tambours qui côtoient Piemur qui s’en prennent à lui. Et ils vont très loin. On découvre que tout n’est pas rose dans les ateliers. Si certains ont des valeurs, d’autre n’en ont pas et sont prêt à tout. Et à l’occasion de ce tome, on retrouve Toric toujours aussi détestable.

Tome qui permet de découvrir un peu plus Piemur et d’assister à ses rencontres avec Farli et Stupide...

 

 

Lecture en mars 2014

 

Du même auteur:

"Série La Ballade de Pern"  L'aube des dragonsLa chute des FilsLe vol du dragonLa qête du dragonLe dragon blanc; Le chant du dragon; La chanteuse-dragon de Pern;

Lu dans l'intégrale IV

couv27243404