Le chant du dragon de Anne McCaffrey

 

couv18650893

 

 

Le tome 1 du cycle Les Harpistes issu de la saga La Ballade de Pern

 

 

Publié par Pocket 

215 pages

plus disponible en neuf (existe uniquement dans l’intégrale IV éditée par Pocket)

première publication: 1976

traducteur: Eric Rondeaux

titre original: Dragon song

 

 

Résumé:

 

Quel plaisir, d'observer, dans le ciel clair de Pern, le vol serein d'un chevalier-dragon ! Quelle tristesse de baisser la tête et d'embrasser du regard la rude banalité du Fort de Mer ! Menolly est une jeune fille passionnée de musique, et le vieux Petiron, le harpiste du Fort, la laisse chanter en secret les grands poèmes où se transmet la tradition de la planète, et qui doivent en principe être interprétés par des hommes. Il ne la corrige même pas quand elle improvise des variations personnelles sur ces airs sacrés. Mais les parents de Menolly, à la mort du bon musicien, croient le moment venu de redresser la barre. Ce sont des gens simples, ils ne comprennent pas que leur fille puisse être différente. Alors elle va rêver seule au désert, malgré la menace des Fils qui plane. Elle n'imagine même pas qu'un jour peut venir où elle ira trop loin et trouvera... peut-être sa mort, peut-être sa vie à elle, peut-être aussi toute la diversité du monde résumée dans une bande de petits lézards de feu.

 

 

 

Commentaire:

 

 

Dans le cycle La Grande Guerre des Fils, certains personnages secondaires me plaisent beaucoup. Il s’agit des Harpistes. C’est donc tout naturellement que je me suis plongée dans le cycle qui leur est consacré. Ce premier tome est consacré à Menolly, jeune harpiste qui travaille avec Maître Robinton et qui aide Jaxom dans sa découverte du continent méridional dans le tome Le dragon blanc. Ici, dans ce tome, on repart dans le passé, lorsque Menolly n’est pas encore une harpiste. En fait, le cycle des Harpistes couvre sensiblement les même événements que ceux du cycle La Grande Guerre des Fils, mais vu par d’autres personnages.

L’histoire de ce tome commence alors que le vieux Harpiste du Fort de Mer meurt. Il a toujours encouragé les dons de Menolly pour la musique. Seulement, à sa mort, les parents de la jeune fille entendent bien la ramener dans le droit chemin: une fille ne peut pas être Harpiste. Commence alors pour la jeune fille un long chemin. Sur sa route, elle croisera des lézards de feu, qui, pour le commun des mortels, sont des légendes. Les Chevaliers-dragon sont déjà au courant de leur existence, mais ce sont quasiment les seuls. La rencontre de Menolly avec une couvée sera déterminante pour son avenir.

A travers ce tome, nous découvrons l’enfance d’un personnage emblématique de la saga. Alors que dans les tomes précédents que j’ai lu elle paraissait choyée et respectée, on découvre ici que son parcours fut semé d’embûches. Et encore, à la fin de ce tome, son parcours n’est pas encore fini.

On découvre également l’envers du décors au Weyr de Benden, juste avant que Jaxom marque Ruth à la fin du tome La quête du dragon. C’est intéressant de voir tous ces événements d’un autre oeil. 

Ce livre se lit rapidement, il n’est pas bien long malheureusement. Il permet d’apporter un éclairage neuf sur différents événements et d'approfondir le personnage de Menolly. Un bon complément au cycle de la grande guerre. C’est vraiment un plus. Il me tarde maintenant de lire la suite des aventures de Menolly.

 

 

 

 

Lecture en mars 2014

Du même auteur:

"Série La Ballade de Pern"  L'aube des dragonsLa chute des FilsLe vol du dragonLa qête du dragonLe dragon blanc;

 

Lu dans l’intégrale IV

couv27243404