La coupe mortelle de Cassandra Clare

 

couv18465039

 

 

Le tome 1 de la saga “La cité des ténèbres”...

 

 

Publié par Pocket 

576 pages

18,15 euros

première publication: 2007

traducteur: Julie Lafon

titre original: City of bones

 

 

Résumé:

 

Clary n'en croit pas ses yeux. Elle vient de voir le plus beau garçon de la soirée commettre un meurtre. Et détail terrifiant: le corps de la victime a disparu d'un seul coup!

 

Mais le pire reste à venir...Sa mère a été kidnappée par d'étranges créatures et l'appartement complètement dévasté.

 

Sans le savoir, Clary a pénétré dans une guerre invisible entre d'antiques forces démoniaques et la société secrète des chasseurs d'ombres... Une guerre dans laquelle elle a un rôle fatal à jouer.

 

 

 

 

 

 

Commentaire:

 

Comme Bladelor voulait redonner sa chance à cette série, je me suis jointe à elle pour ce premier tome. Elle n’avait pas du tout aimé sa première lecture et je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre.

Verdict? Lecture sympa, mais pas transcendante. L’histoire n’est pas très originale et j’ai vu venir les nombreux rebondissements bien avant. J’ai trouvé l’écriture simpliste et bourrée de clichés. J’ai attendu longtemps pour avoir un peu de rythme dans l’histoire. Je pense que c’est une série vraiment axée jeunesse et que je ne suis pas la cible. 

Mais paradoxalement, j’ai fini ce tome 1 en ayant envi de voir où le tome 2 va nous emmener. Preuve que tout n’est pas à jeter dans ce roman.

 

Concernant les personnages,on a droit au classique triangle amoureux. Même si Clary semble avoir du mal à se rendre compte des sentiments des garçons. Pour le moment, je n’ai pas eu de coup de coeur pour un personnage en particulier. J’attends de les voir évoluer dans la suite. 

 

Même si je pense lire le tome 2, pour le moment je ne comprend pas que cette série ai un tel succès...

 

 

Selon les éditions, le titre des tomes est différents. J'avoue avoir un peu de mal à m'y retrouver.

 

 

 

 

Lecture en février 2014

Lecture commune avec Bladelor: son avis