Roma Enigma de Gilda Piersanti

 

9782266215336

 

 

Le tome 6 des Saisons meurtrières

 

Publié par Pocket 

220 pages

6,10 euros

première publication: 2010

 

 

Résumé:

 

La Garbatella, à Rome, un soir calme de printemps. Sur le seuil de la pâtisserie la plus réputée du quartier, une jeune étudiante s'effondre... Tuée par balle. Un meurtre inexplicable : pas d'arme du crime, aucun suspect, rien dans le passé de la victime qui permette de suivre la moindre piste. Un meurtre sans mobile. Le crime parfait ? Dans les méandres de la ville éternelle, un nouveau défi pour l'inspecteur Mariella De Luca et sa coéquipière, la belle Silvia Di Santo.

  

 

 

Commentaire:

 

J’aime cette série, j’aime ses personnages. Mais les romans diminuent en nombres de pages au fil de la série. Ici on a droit à une très grosse nouvelle, plutôt qu’à un roman. 

Ce tome reprend peu après le tome 5 et nous voici de retour au printemps. Sur le pas de la porte d’une pâtisserie, une jeune fille est tuée nette par une balle. Rien dans son passé ne permet de savoir pourquoi on a voulu la tuer. L’enquête piétine. Pourtant, nous lecteurs, nous savons le fin mot de l’histoire. Et c’est tout le paradoxe de ce tome. Dès le départ, nous connaissons le meurtrier, son mobile et ses pensés tout au long du roman. L’auteur prend le parti de nous plonger dans la tête de l’assassin. Et c’est là que le bas blesse. Car le personnage du meurtrier m’a horripilé tout au long du roman. Trop présent, trop bizarre. Il a des comportements suspects, mais seule Mariella semble s’en apercevoir. 

 

Encore une fois, l’auteur nous parle des relations mère/fille et mère/fils. Et comme à chaque tome, le poids du passé est à l’origine du drame. Ici il faut remonter en 1944 pour découvrir l’origine du meurtre. Loin de l’image de la mama italienne qui donne tout à ces enfants et qui est la bonté même, ici les différentes mères que l’on rencontre sont loin d’être exemplaires. Pas une n’est épargnée.

 

La grande interrogation de ce tome est de savoir comment la police va finalement appréhender le meurtrier. Et cela ne sera pas sans problème pour Mariella qui est à un tournant de sa vie. Elle doit prendre une décision et cache un secret à ses coéquipiers. Finalement c’est le destin qui se chargera de décider pour elle (chose un peu facile je trouve).

Plus les tomes passent et plus on avance dans le temps. Il s’est passé 9 ans depuis le tome 1. Les personnages ont évolué mais on sent que Mariella pourrait redevenir celle qu’elle était quand on l’a connu.

 

Au final, un peu déçue par ce tome trop court. J’espère que Gilda Piersanti va redresser la barre dans le tome suivant car je serai déçue de voir une série prometteuse devenir mauvaise.

 

 

 

 

Lecture en décembre 2013

 

Du même auteur: "Série Les saisons meurtrières" Rouge abattoirVert Palatino;Bleu catacombesJaune CaravageVengeances romaines;