Le temps d’un automne (A walk to remember)

 

51ERK4uNw0L

 

 

  

 

Réalisateur: Adam Shankman

Durée: 1h41

Genre: Drame, romance

Date de sortie en salle: 2002

Support de visionnage: DVD

Vu en: VO sous-titré anglais

 

Fait parti d’une série:  non

 

 

Synopsis:

 Landon Carter est l'archétype du lycéen cool et superficiel américain. Il fait la connaissance de Jamie Sullivan, une jeune fille plutôt introvertie, douée d'un optimisme à toute épreuve et d'un sens de la répartie qu'elle utilise aux dépens de Landon.
Alors que tout oppose ce chef de bande vantard et suffisant à la timide adolescente, la fascination cède progressivement la place à l'amour. Tournant le dos à ses anciens amis, trouvant un nouveau sens à sa vie, Landon est prêt à commencer une nouvelle vie avec Jamie, mais celle-ci refuse de s'engager. 

 

 

Casting:

Shane West: Landon Carter

Mandy Moore: Jamie Sullivan

Daryl Hannah: Cynthia Carter

Peter Coyote: Révérend Sullivan

Lauren German: Belinda

Paz de la Huerta: Tracie

Clayne Crawford: Dean

  

Mon avis:

Il est des films dont vous avez beau connaître la fin, vous ne pouvez pas vous empêcher de pleurer malgré tout. A walk to remember est de ceux-là.

 

Adapté d’un roman de Nicholas Sparks, j’ai vu le film longtemps avant de lire le livre. Et j’ai adoré cette histoire d’amour et de foi entre Landon et Jamie. Du coup, j’ai été déçue par ma lecture du roman quelques temps après. Loin des films à happy end que Hollywood s’obstine à nous produire, ce film est beaucoup plus proche de la réalité. Ici pas de retournement de situation de dernière minute.  La fin est vraie, réaliste et à l’image du film.

 

L’histoire en elle-même est belle, mais elle ne pourrait être q’une autre histoire entre un mauvais garçon et une gentille fille prête à le ramener dans le droit chemin. Pourtant il n’en ai rien. Je ne sais pas à quoi c’est du, mais ce film me touche particulièrement. Et puis comment ne pas craquer sur le jeune Shane West que j’ai découvert dans Urgences.

 

Jamie Sullivan est fille de pasteur, pourtant la religion occupe juste la place qu’il faut dans l’histoire (contrairement au roman). Il est question de foi, pas seulement en Dieu, mais aussi de foi en l’autre. D’acceptation, de don de soi. 

 

Un beau film que je ne me lasse pas de regarder...