Inferno de Dan Brown

 

couv22959050

 

 

 

Le tome 4 de la série “Robert Langdon”

 

 

Publié par JC Lattès 

564 pages

22,90 euros

première publication: 2013

traducteur: Dominique Defert et Carole Delporte

titre original: Inferno

 

 

Résumé:

 

C’est l’une des plus grandioses œuvres de la littérature italienne, L’Enfer de Dante, qui est le fil conducteur de cette nouvelle aventure. En Italie, plongé dans une atmosphère aussi opaque que mystérieuse, le héros de Dan Brown, Robert Langdon, professeur de symbologie à Harvard va devoir affronter un adversaire diabolique sorti des limbes de l’Enfer et déchiffrer l’énigme la plus complexe de sa carrière. Elle le fait plonger dans un monde où l’art et la science de pointe tissent un écheveau qui exige de sa part toute son érudition et son courage pour le démêler. S’inspirant du poème épique de Dante, Langdon se lance dans une course contre la montre pour trouver des réponses et découvrir en traversant les Cercles de l’Enfer ceux qui détiennent la vérité… avant que le monde ne soit irrévocablement changé.

 

 

 

 

 

 

Commentaire:

 

Lire un roman de Dan Brown, c’est un peu à double tranchant. D’un côté, je sais que je vais passer un bon moment et que les pages vont tourner d’elles même. Mais de l’autre, je  sais que je vais noter tous les petits détails qui me gênent et ça va m’agacer.

 

Cette fois-ci, l’auteur s’attaque à L’enfer de Dante. Cette histoire est un fondement de la littérature italienne écrite au 14ème siècle. Dans son oeuvre, Dante doit traverser les enfers puis le purgatoire pour enfin arriver au Paradis. 

Ici, c’est la partie L’enfer qui est est au centre. Le “grand méchant” de l’histoire s’en sert pour dissimuler une énigme que doit résoudre Robert Langdon. Du coup, on a droit à de nombreux passages de l’oeuvre. Et on visite Florence et Venise.

Le roman est addictif, on a envie de savoir le fin mot de l’histoire. Mais ça n’empêche pas que je lui ai trouvé des défauts.

Déjà, toute l’histoire se passe en une seule longue journée. Pour un homme blessé à la tête, le personnage principal tient une forme olympique. En plus son nom lui fait ouvrir toutes les portes. Et puis par moment, le roman tient plus du guide touristique que du roman d’aventure. Un conseil, il faut avoir internet sous la main pour pouvoir visualiser les objets et les lieux décris dans le roman.

Et Dan Brown prend un malin plaisir à nous embrouiller l’esprit. Par moment, on ne sait pas vraiment de qui il est en train de nous parler. Du coup, on ne sait de quel côté sont les gens. Et puis, ils ont tendance à changer régulièrement de bord.

Et je ne suis pas satisfaite de la fin. Je l’a trouve inaboutie. Je me suis dis: tout ça pour ça. Robert aurait mieux fait de rester chez lui.

Et je ne parle pas de certaines approximations techniques qui pour une scientifique sont dures à accepter.

 

Je vous rassure, il y a des choses que j’ai aimé dans cette histoire. Déjà il y a un bon rythme, sans vraiment de temps mort. 

Ensuite, l’auteur choisi de nous parler de la surpopulation de la Terre et de ces conséquences à court et long termes. J’ai trouvé cela très intéressant.

Et j’ai passé un bon moment.

Du coup, si on arrive à mettre de  côté les choses qui gênent, c’est un bon roman d’aventure. Même si je préfère toujours le Da Vinci Code.

 

 

 

 

 

 

Lecture en mai 2013

Du même auteur: Le symbole perduForteresse digitale;