The fault in our stars de John Green

 

couv34471251

 

 

 

Publié par Penguin 

313 pages

7,99 £

première publication: 2012

 

 

Résumé:

 

Despite the tumor-shrinking medical miracle that has bought her a few years, Hazel has never been anything but terminal, her final chapter inscribed upon diagnosis. But when a gorgeous plot twist named Augustus Waters suddenly appears at Cancer Kid Support Group, Hazel's story is about to be completely rewritten.

 

 

 

Commentaire:

 

Il est des livres qui vous habitent plus que d’autres...

Il est des livres dont parler est difficile tellement ils vous ont touché...

Il est des livres dont on ne sait pas comment  faire pour s'en remettre...

Il est des livres dont on ressort comme si on avait perdu quelqu'un de proche...

 

The fault in our stars fait parti de ces livres...

Il occupe désormais une place à part dans mon coeur...

 

 

Comment mettre des mots sur mon ressenti?

Ce roman m’a ému, retourné, fait pleurer, fait rire,... J’ai eu un énorme coup de coeur!!.

Et ce malgré un début un peu difficile. En effet au début j’ai eu du mal à accrocher à l’histoire. Et puis petit à petit, phrase par phrase, sans que je m'en rende compte je suis rentrée dans l’histoire. Et j'ai oublié ce début.

Le sujet dont parle l’auteur est grave, sérieux et pourtant il arrive à en faire un hymne à la vie. Je me suis pris claque sur claque. On se rend compte que malgré nos petits soucis du quotidien, on a la vie devant nous contrairement aux personnages. Qui eux ne demande qu’une chose: être des adolescents comme les autres. Chose que la maladie leur interdit. Hazel aimerait planter ses parents au milieu d'une dispute et aller dans sa chambre pour en claquer la porte. Seulement pour elle ce comportement d'ado typique n'est pas possible.

Malgré le sujet sérieux, l'auteur use de l'humour pour notre plus grand plaisir. Faire rire dans un livre sur le cancer il fallait le faire. Et l'auteur réussit avec brio.

On se doute bien qu’avec un sujet pareil, il ne peut pas avoir un happy end. Et pourtant j’ai trouvé la fin optimiste, ouverte (même si la dernière partie du roman a été très lacrymale chez moi). Il reste de l'espoir, la vie continue. Même si pour nous lecteurs on a l'impression d'avoir perdu un membre de se famille. Car on s'attache aux personnages, que ce soit Hazel, Gus ou Isaac. Difficile de les quitter en tournant la dernière page!

 

J’ai du mal à en parler. J'ai du mal à écrire ce que j'ai ressenti lors de ma lecture! Comme souvent avec les coups de coeur! Alors je ne dirai qu’une chose: lisez-le!!

 

 

Quelques phrases que j’ai noté au cours de ma lecture:

 

"Some infinities are bigger than other infinities" 

 

"As he read, I fell in love the way you fall asleep: slowly, and then all at once." 

 

“Oh, I wouldn't mind, Hazel Grace. It would be a privilege to have my heart broken by you.”

 

“The world is not a wish-granting factory.” 

 

“That’s part of what I like about the book in some ways. It portrays death truthfully. You die in the middle of your life, in the middle of a sentence” 

 

“I'm a grenade and at some point I'm going to blow up and I would like to minimize the casualties, okay?” 

 

 J'en ai encore plein mais je vais m'arreter là sinon ce billet sera beaucoup trop long!

 

Lecture en mars 2013

 

Lecture commune avec Bladelor: son avis

Lecture dans le cadre du challenge Lecture en anglais 2013: 8/15

LUENVO

 

 

724px-coeur-svg