Bilbo le Hobbit de JRR Tolkien

 

couv30934681

 

 

 

 

Publié par Le Livre de Poche

312 pages

6 euros

première publication: 1937

traducteur: Francis Ledoux

titre original: The Hobbit

 

 

Résumé:

Bilbo, comme tous les hobbits, est un petit être paisible qui n'aime pas être dérangé quand il est à table. Mais un jour, sa tranquillité est troublée par la venue d'un magicien nommé Gandalf, et de treize nains barbus qui n'ont qu'une idée en tête : récupérer le trésor de leurs ancêtres, volé par Smaug le dragon sur la Montagne Solitaire. Suite à un malentendu, Bilbo se retrouve malgré lui entraîné dans cette périlleuse expédition. 

 

 

 

Commentaire:

 

Que cette lecture fut longue!! Je m’explique: l’une de mes résolutions de 2012 était de lire ce roman avant la sortie du film (film sorti en décembre dernier au cinéma). On a donc programmé une LC avec Bladelor qui souhaitait relire le roman. Et je crois bien quand sans la motivation de cette LC, j’aurai abandonné le livre. Impossible de rentrer dans l’histoire au début. La magie ne prenait pas. Il ne se passait rien dans l’histoire (de mon point de vu). Il s’est donc passé des semaines où le livre est resté au point mort. Et puis Bladelor arrivant en fin d’écoute du roman (elle a choisi une version audio pour cette relecture), je me suis forcée à me replonger dans ma lecture. Et j’ai bien fait. Puisque passé un passage en particulier (les gobelins et Gollum), je suis enfin rentrée dans l’histoire et les pages ont défilé. Et croyez le ou pas, j’ai beaucoup aimé cette histoire.

Il se passe plein de choses, il n’y a pas vraiment de temps morts (à part au début de mon point de vu).Il y a de l’humour.

Bilbo est un personnage attachant, plus que Frodon qui lui était écrasé par le poids de l’anneau. C’est un hobbit partagé entre deux caractères. D’un côté, il rêve de rester dans son trou de Hobbit avec un bon thé. Mais de l’autre, il ne rechigne pas à partir à l’aventure avec 13 nains et un magicien. C’est l’anti-héros par excellence. Il ne croit pas en lui, les nains non plus. Seul Gandalf a su déceler les capacités du Hobbit. Et puis au final, c’est lui qui sauve la situation à de nombreuses reprises (pour savoir quand et comment, il vous faudra lire le livre). Si le roman porte son nom, ce n’est pas pour rien.

Concernant les autres personnages, Gandalf est égal à lui même. Du mois au souvenir que j’en avais de ma lecture du Seigneur des Anneaux. Et pour les nains, je serais incapable de tous vous les citer. Si l’auteur en avait mis un peu moins, ça ne m’aurai pas gêner. Seuls ceux qui sont citer régulièrement ont réussi à se fixer dans ma mémoire.

Très bonne lecture, si on excepte le début difficile qui pèse dans mon appréciation générale. Le souvenir que j’en garderai sera une lecture difficile malheureusement. 

Mais que ça ne vous empêche pas de découvrir ce roman. Plus facile d’accès que le Seigneur des Anneaux, moins sombre, il est plus facilement lisible par des enfants.

 

Je suis bien contente d’avoir enfin lu ce classique de la Fantasy. Et je vais enfin pouvoir aller voir le premier volet de la trilogie Le Hobbit au cinéma!

 

  

Lecture en janvier 2013

 

Lu dans le cadre d’une lecture commune avec Bladelor: son avis