Cinquante nuances de Grey de EL James

 

couv48394656

 

 

 

Le tome 1 de la trilogie Fifty Shades

  

 

Publié par JC Lattès

551 pages

17 euros

première publication: 2011

traducteur: Denyse Beaulieu

titre original: Fifty Shades of Grey

 

 

Résumé:

Lorsqu’Anastasia Steele, étudiante en littérature, interviewe le richissime jeune chef d’entreprise Christian Grey, elle le trouve très séduisant mais profondément intimidant. Convaincue que leur rencontre a été désastreuse, elle tente de l’oublier – jusqu’à ce qu’il débarque dans le magasin où elle travaille et l’invite à un rendez-vous en tête-à-tête.

 

Naïve et innocente, Ana ne se reconnait pas dans son désir pour cet homme. Quand il la prévient de garder ses distances, cela ne fait que raviver son trouble.

 

Mais Grey est tourmenté par des démons intérieurs, et consumé par le besoin de tout contrôler. Lorsqu’ils entament une liaison passionnée, Ana découvre ses propres désirs, ainsi que les secrets obscurs que Grey tient à dissimuler aux regards indiscrets…

 

 

 

 

Commentaire:

LE roman du moment. Tout le monde en parle, en bien ou en parle. A force d’en entendre parler, je me suis laissée tenter. Surtout que deux de mes collègues l’ont lu et adoré. Et puis pour critiquer, il faut avoir lu.

Donc verdict? J’ai bien aimé mais je ne comprend pas la folie autour de ce roman. 

Soyons clair, le style est plat, tout est au présent et j’ai déjà lu des textes amateurs mieux écrits. Mais curieusement, une fois commencé le livre, j’ai eu du mal à le lâcher. L’histoire est des plus banales: une jeune femme innocente rencontre un homme riche et puissant qui l’initie à l’amour. Histoire vue et revue en romance. Le truc en plus c’est l’aspect BDSM de l’histoire. On a beaucoup parlé de l’aspect trash du roman, de son côté sulfureux. Honnêtement, il n’y a pas de quoi fouetté un chat. J’ai déjà lu pire. Les scènes dans le Donjon de Christian sont rares et sont softs. Bon, ce n’est pas à mettre sous tous les yeux évidemment.

 

Passons aux personnages. Anastasia est un clone de Bella de Twillight, ce qui est normal puisqu’à l’origine il s’agit d’une fan-fiction de Twillight. Et Anastasia m’a nettement moins agacé que Bella, même si je l’ai trouvé vraiment trop trop naïve. Difficile de s’identifier à elle. Face à elle, on trouve Christian Grey qui souffle le chaud et le froid. Il peut passer de l’homme tendre et attentionné au manique du contrôle en un clin d’oeil. Je suis restée pratiquement de glace face à lui. Il ne m’a pas fait rêver. En même temps, un homme qui prend son pied en frappant une femme (même si celle-ci est consentant), j’ai du mal à l’accepter.

Dans les personnages secondaires, j’ai beaucoup aimé Kate, même si elle est peu présente. Elle a du caractère, elle sait où elle va (un peu tout le contraire d’Ana).

 

Au final, je ne sais pas encore si je lirai la suite. On verra lors de la sortie du tome 2. 

Romance sans rien de vraiment exceptionnelle (si on excepte le fait qu’une fois dedans on est du mal à lâcher le livre) et surtout qui est loin d’être aussi sulfureux qu’on veut nous le faire croire!

 

 

  

Lecture en novembre 2012

Lu dans le cadre du challenge 1% Rentrée Littéraire 2012: 8/7

1% rentrée littéraire