Room d’Emma Donoghue

 

 

room

 

 

 

Publié par France Loisirs

441 pages

19,50 euros

première publication: 2010

traducteur: Virginie Buhl

titre original: Room

 

 

Résumé:

Sur le point de fêter ses cinq ans, Jack a les préoccupations des petits garçons de son âge. Ou presque. Il ne pense qu’à jouer et à essayer de comprendre le monde qui l’entoure, comptant sur sa mère pour répondre à toutes ses questions.

Cette mère occupe dans sa vie une place immense, d’autant plus qu’il habite seul avec elle dans une pièce unique, depuis sa naissance. Il y a bien les visites du Grand Méchant Nick, mais Ma fait tout pour éviter à Jack le moindre contact avec ce personnage. Jusqu’au jour où elle réalise que l’enfant grandit, et qu’elle ne va pouvoir continuer longtemps à entretenir l’illusion d’une vie ordinaire. Elle va alors tout risquer pour permettre à Jack de s’enfuir. Mais l’enfant va-t-il réussir à trouver des repères loin de leur univers ? Quel accueil lui réservera le monde extérieur, lui l’enfant né de la captivité d’une femme ? 

 

 

 

Commentaire:

J’ai refermé la dernière page du livre il y a une semaine et il est toujours dans mes pensés. Il est percutant, j’ai été émue, horrifiée, chamboulée. Bref, un réel coup de coeur <3!!

Passé les premières pages et l’adaptation au style (c’est un enfant de 5 ans coupé du monde depuis toujours), le roman devient un vrai page-turner. Il est découpé en trois parties. La première partie parle de la vie quotidienne de Jack et de sa mère. Leur vie est rythmée par leurs activités . La mère fait tout pour que son fils est une vie normale. Pour lui, sa vie n’a rien d’étrange et l’extérieur n’existe quand dans Madame Télé. Les jours passent, semblables aux précédents et répétitions des suivants. Petit à petit, on se laisse prendre par l’ambiance et derrière les non-dits de la mère, on commence à deviner l’horreur, l’indicible qui se cache derrière cette pièce.

Dans la deuxième partie, la mère réalise que son fils ne peut plus vivre enfermé, coupé du monde. Pour le moment, il ne pose pas de question mais tôt ou tard il finira par comprendre qu’il y a une vie derrière la porte. Elle décide donc de mettre au point un stratagème pour s’évader. A ce moment précis du roman, l’angoisse monte. jack va-t-il réussir à s’échapper? Le Grand Méchant Nick va-t-il l’en empêcher? Va-t-il retrouver sa mère? Plus moyen de décrocher du livre. 

Et enfin dans la troisième partie, c’est la vie à l’extérieur. Où finalement tout n’est pas aussi rose que prévu. Ils sont libres mais la liberté est dure à (ré)apprendre. Et puis les gens de l’extérieur ne font rien pour les y aider. Les médias sont particulièrement ignobles. 

Le roman aborde un thème grave: celui des enlèvements d’enfants ou de jeunes femmes par des hommes qui les enferment ensuite durant des années. On ne peut pas rester insensible en lisant cette histoire, devant le destin de ce petit garçon de 5 ans qui est le héros de cette histoire. 

Une fois la dernière page tournée, je suis restée un moment à réfléchir à ma lecture. Il est impossible de se plonger dans quelque chose d’autre immédiatement. Ce roman m’a marqué et pourtant j’ai du mal d’en parler.

A lire!! Je vous le recommande!!! 

 

57754356

 

  

Lecture en juillet 2012

 

Lecture dans le cadre du challenge 1% Rentrée Littéraire 2011: 15/21

 

1%