Histoire de Qu de Lucie Wu

 

 

histoire de qu 

 

 

Publié par La Musardine

254 pages

9,95 euros

première publication: 2003

 

 

Résumé:

À travers un style très cru, Histoire de Qu va droit au but et raconte les multiples expériences sexuelles de Qu Wensheng, un jeune Chinois happé par les turbulences politiques de son pays au seuil des années 1990. Ce peintre du dimanche essaie à travers ces mémoires d'oublier la belle Yan Yan, qui fut son modèle et l'a brutalement quitté. Il se lance alors dans une initiation sexuelle des plus débridées, où le communisme se pratique essentiellement à deux, voire plus si affinités... En dressant son portrait, Lucie Wu fait aussi le tableau humoristique et décalé d'un pays en ébullition et en pleine révolution sexuelle. 

 

 

 

Commentaire:

 

Je remercie tout d’abord les éditions La Musardine pour cette lecture. Je n’avais pas encore commencé la lecture de  Osez 20 histoires... mais j’étais curieuse de voir ce que pouvais donner un roman érotique, surtout que le résumé semblait promettre plus qu’un simple roman érotique. Et j’ai bien fait car ce roman dépeint en fait la société chinoise juste avant le début des années 90. 

Alors oui, il y a des scènes de sexe, je ne vais pas vous mentir. Mais moins que ce à quoi je m’attendais en fait. En comparaison, j’ai trouvé Osez... beaucoup plus cru. Le jeune héros Qu Wensheng, Qu étant son nom de famille, découvre la sexualité dans un pays en pleine mutation. Avec Yan Yan, une jeune femme plutôt libérée, il se lance de toutes sortes d’expériences. Avec en toile de fond, la Chine. C’est un pays que je connais mal, contrairement au Japon, il ne m’a jamais attiré. Je ne vais pas dire qu’après cette lecture j’ai une folle envie d’apprendre plein de choses sur la Chine, mais j’ai néanmoins appris des petites choses sur ce pays assez mystérieux à mes yeux. Car l’auteur, sous couvert d’une initiation sexuelle, nous brosse le portrait de son pays à un tournant de son histoire (les manifestations de la place Tian’anmen sont par exemple abordées). Et nous fait le portrait de la jeunesse chinoise de l’époque. 

Je remercie donc les éditions de La Musardine pour cette lecture et pour la découverte d’une partie de l’histoire chinoise, car je suis convaincue que c’était le but premier de l’auteur.

  

Lecture en mars 2012