Le Prince de la Brume de Carlos Ruiz Zafon

 prince de la brume

 

Le premier tome d’une trilogie

 

 

Publié par Robert Laffont 

210 pages

18 euros

première publication: 1993

traducteur: François Maspero

titre original: El Principe de la niebla

 

 

Résumé:

 

 

1943. Fuyant la guerre, la famille Carver - les parents et leurs trois enfants, Max, Alicia et Irina - se réfugie dans un village de bord de mer. Leur nouvelle maison appartenait précédemment à un riche couple qui a quitté le pays après la mort de Jacob, leur petit garçon. Peu après son emménagement, la famille Carver est confrontée à de troublants événements. La maison de la plage paraît hantée par le souvenir de Jacob. Les films que le jeune garçon a tournés avant de mourir et que la famille Carver a retrouvés dans la cave réveillent des ombres inquiétantes. Quelque chose ou quelqu'un rôde entre les murs, une ombre cruelle et insatisfaite. Max et Alicia commencent à enquêter sur les circonstances obscures de la mort de Jacob. Roland, un adolescent du village, les aide dans leurs recherches. Il les entraîne dans des plongées exploratoires autour d'un cargo qui gît dans la baie après avoir été victime d'une tempête des années plus tôt. 

 

 

 

Commentaire:

 

Premier roman publié par Carlos Ruiz Zafon, bien avant L’Ombre du vent. L’auteur le destinait principalement aux jeunes lecteurs, mais il espérait que des lectures adultes prendraient également plaisir à le lire. L’Ombre du vent avait été un énorme coup de coeur et j’attendais cet nouveau livre pour découvrir une fois encore le travail de jeunesse de l’auteur (Marina était également une oeuvre de jeunesse). Ce qui est bien en lisant une ouvre de jeunesse d’un auteur après avoir eu un énorme coup de coeur pour l’un de ses romans, c’est qu’on est rarement déçu car on a moins d’attente par rapport à cette oeuvre de jeunesse. Du moins, c’est mon cas. Et de cette manière, j’ai plus de chance d’être agréablement surprise. 

Le Prince de la Brume est clairement destiné aux jeunes lecteurs, mais j’ai pris plaisir à le lire. Evidemment, on est loin de la magie de l’Ombre du vent, mais je me suis laissée portée par les mots de Carlos Ruiz Zafon. On retrouve déjà dans ce roman, les caractéristiques de l’auteur: les personnages principaux sont des enfants, très peu d’adultes, peu de personnages, l’irruption du fantastique dans le réel. Et surtout la brume. Dans l’Ombre du vent, j’avais eu l’impression dans dans le brouillard du début à la fin. Ici, la brume joue un rôle important, je n’en dirais pas plus pour laisser la magie intacte.

Le héros est le jeune Max, aidé de sa soeur Alicia et de leur nouvel ami Roland, il vont essayer de résoudre le mystère du Prince la brume. Et pour cela, ils vont se tourner vers le grand-père de Roland, le gardien du phare du village. Et c’est dans le passé que les trois enfants trouveront les réponses à leurs questions.

C’est un roman qui se lit vite, un poil trop court pour moi. Je l’ai trouvé plaisant, je suis sûre qu’il ravira les jeunes lecteurs. Et les adultes qui ont gardé leur âme d’enfants. 

Ce n’est pas encore le Carlos Ruiz Zafon de l’Ombre du vent, mais j’ai beaucoup aimé quand même. Je lirai sûrement la suite de cette trilogie.

 

 

 

Lecture en novembre 2011