Non Stop de Frédéric Mars

 

 non stop

 

 

Publié par Blackmoon 

653 pages

18 euros

première publication: 2011

 

 

 

Résumé:

 

9 septembre 2012, Manhattan. Un homme ordinaire reçoit une enveloppe anonyme et se met à marcher en direction du métro. À peine s’est-il arrêté sur le quai de la station qu’il explose, semant la mort autour de lui. Très vite, les mises en marche et explosions de ce genre se multiplient à une allure folle. Sam Pollack et Liz Mc Geary, les deux agents chargés de l’enquête, doivent admettre qu’ils sont confrontés à une attaque terroriste d’une envergure inouïe. Une attaque non revendiquée et d’autant plus difficile à contrer qu’elle transforme des innocents en bombes humaines, faisant d’eux les agents de ce scénario apocalyptique. Tous se sont vu implanter un pacemaker piégé dans les deux dernières années. Tous reçoivent ces fameuses enveloppes kraft et se mettent à marcher. S'ils s’arrêtent, la charge explosive se déclenche, où qu’ils soient. Quels que soient leur âge et leur couleur de peau. La cavale sans fin de ceux qu'on appelle les Death Walkers, les marcheurs de la mort, ne fait que commencer.

 

 

 

Commentaire:

 

 

Voici un thriller très prenant que l’on a du mal à lâcher. 11 ans après le 11 septembre 2011, des américains se mettent à sauter sans raisons dans la rue ou le métro. Suicide ou attentat contre les Etats-Unis? Très vite, on se rend compte qu’il s’agit d’une vaste attaque terroriste sur le sol des USA. Par qui et comment? Voilà les réponses que vont devoir trouver Sam Pollack et Liz Mc Geary, nos deux héros principaux. Principaux car l’auteur nous présente une multitude de personnages très intéressants. On passe constamment d’un personnage à un autre. Et chose très interessante, par moment, ce sont les Death Walkers qui parlent. Eux qui ne sont que des victimes. Pour survivre, ils n’ont qu’une solution: marcher. Marcher encore et toujours. 

Il y a beaucoup de rythme, tout se passe sur trois jours. Pas de temps mort. De toute façon, les personnages n’ont pas le temps de se reposer. Les morts s’accumulent et le nombre de Death Walkers augmente de façon exponentielle.

J’ai lu sur certains blogs que Non Stop rappelait fortement la série 24H chrono. N’ayant jamais regardé cette série, je ne me prononcerai pas. En tout cas, ce roman a tout d’un scénario de film. Il est en plus très bien documenté. Du moins je suppose que tout est juste. Mais en plus, il flirte avec la réalité de très près. L’auteur nous parle par exemple du Printemps arabe qui vient tout juste de se passer pour nous. Dans le roman, cela fait plus d’un an. Le personnage du président américain est quasiment le clone de Barack Obama. 

J’ai beaucoup aimé ce roman, même si j’avoue avoir eu du mal par moment à m’en sortir dans les explications sur les responsables des attentats. C’est le seul reproche que je ferai au roman. 

Thriller qui se lit vite et qui a le mérite d’être réaliste. D’ailleurs ça fait froid dans le dos.

 

 

Lecture en novembre 2011

 

Lecture dans le cadre du challenge 1% Rentrée Littéraire 2011: 14/14

 

challenge rentrée littéraire2011