Vertige de Franck Thilliez

 

 

 vertige

 

 

Publié par Fleuve Noir 

331 pages

20,90 euros

première publication: 2011

 

 

Résumé:

 

 

Un homme se réveille au fond d'un gouffre, au coeur d'un environnement hostile, deux inconnus et son fidèle chien comme seuls compagnons d'infortune. Il est enchaîné au poignet, l'un des deux hommes à la cheville et le troisième est libre, mais sa tête est recouverte d'un masque effroyable, qui explosera s'il s'éloigne des deux autres. Qui les a emmenés là ? Pourquoi ? Bientôt, une autre question s'imposera, impérieuse : jusqu'où faut-il aller pour survivre ?

 

 

 

Commentaire:

 

Suite à ma lecture du dernier Grangé, je mettais en avant le fait que l’auteur avait changé de style, avait évolué. Et bien ici, c’est pareil.

J’attendais ce nouveau roman depuis que j’avais refermé Gataca en mai dernier. Je ne savais pas grand chose de ce nouveau roman à part qu’il ne faisait pas intervenir les personnages fétiches de l’auteur. Dans Vertige, on est loin des autres romans de Franck Thilliez. Pas de meurtre, pas de flics torturés. Juste trois hommes et un chien confrontés à eux même et à la nature.

Les hommes sont enfermés et attachés au fond d’une grotte obscure remplie de glace. Pas de nourriture (ou presque), pas d’eau et presque pas de lumière. Que font-ils là? Qui est à l’origine de tout cela? Et surtout comment vont-ils survire?

On suit les aventures de ces hommes face à eux même, obligés de faire des choix pour survivre. C’est un huis-clos étouffant et gelé. Au cours du roman, toutes les hypothèses m’ont traversé l’esprit, de la plus simple à la plus compliquée. Et même arrivée à la fin, je ne sais toujours pas le fin mot de l’histoire, car le dernier paragraphe bouleverse encore mes certitudes. Franck Thilliez m’a manipulé du début à la fin et je dois avouer qu’il est très fort.

En dehors de ça, l’auteur pose une question intéressante, à savoir jusqu'à où est-on prêt à aller pour survivre? Doit-on être solidaire? Ou au contraire se la jouer solo? Peut-on franchir le tabou du cannibalisme pour éviter de mourir de fin? 

Nos trois personnages sont coincés dans une grotte, mais dans le même temps, le roman fait la part belle à l’alpinisme avec des extraits de livres ou des extraits du journal ou de notes de Jonathan, le personnage qui raconte l’histoire. C’est lui qui parle, tout les événements sont vus à travers ses yeux.

 

C’est un roman prenant, lu en deux jours. Il a beau être très loin des autres romans de l’auteur, je l’ai adoré. Un huis-clos psychologique où l’auteur passe son temps à vous manipuler? Ce livre était fait pour moi. Même après avoir refermé le livre, je suis toujours au fond du gouffre. L’auteur joue avec l’enfermement des personnages pour les mener à la folie, et nous avec par la même occasion.

Du bon, du très bon Thilliez!!

 

 

 

Lecture en juillet 2011

 

challenge rentrée littéraire2011

Lu dans le cadre du challenge 1% Rentrée Littéraire 2011: 10/14

 

Logo-STAR3-Les-lectures-de-Liyah

Lu dans le cadre du concours S.T.A.R.