La résistance: l’histoire de Peter de Gemma Malley

 

r_sistance

 

 

Le tome 2 de la trilogie de Gemma Malley

 

 

Publié par les éditions Naïve

18 euros

415 pages

titre original: The Resistance

traducteur: Nathalie Peronny

première publication: 2008

 

 

 

Résumé:

 

Angleterre, 2150. La mort n'existe plus. Les hommes vivent à l'ère de la Longévité : pas de morts... mais, pour éviter le surpeuplement, pas de naissances non plus. Peter et Anna ont un point commun: ils n'auraient jamais dû naître. Parce qu'une vie éternelle leur semble contre nature, parce que le système de la Longévité a gâché leur enfance, parce qu'il menace leurs rêves, ils ont décidé d'entrer en lutte. Pour sa suppression. Au sein du Réseau souterrain, la résistance s'organise: Peter a pour mission d'infiltrer le plus grand des laboratoires, le centre névralgique du système, Pincent Pharma... dirigé par son grand-père, Richard Pincent. Un homme puissant et influent, bien décidé à faire plier les rebelles; une présence troublante pour Peter: quand les liens du sang s'en mêlent, tout se complique... La Résistance est la suite de La Déclaration, L'Histoire d'Anna, le premier roman de Gemma Malley. L'Histoire de Peter - personnage terriblement attachant - donne lieu à un récit haletant, qui aborde des questions essentielles. Que devient une société qui refuse la mort?

 

 

Commentaire:

 

Suite à ma lecture du tome 1, je me suis plongée dans la suite de l’histoire. Mais du point de vue de Peter cette fois-ci. Anna et Peter sont maintenant des Légaux et ils apprennent à vivre dans un monde qui les rejettent. Après avoir découvert le monde des Surplus, ce tome nous fait découvrir le reste du monde, celui des Légaux qui ont signé la Déclaration. Ils font tout les deux partis de la résistance qui s’oppose à la Longévité. Dans le cadre d’une mission, Peter infiltre les laboratoires de Pincent Pharma en qualité de petit-fils du directeur. Et c’est là que tout se complique. Chacun essaye de manipuler l’autre. Richard Pincent n’hésitant pas à s’attaquer à Anna et Ben.

Après un tome quasiment en huis-clos, ce tome est plus ouvert. On découvre un monde où la mort n’existe presque plus. Et on pose de nombreuses questions. Une société où la mort n’existe est-elle viable? Ou vouée à l’échec? A-t-on le droit de décider pour les générations futures (qui dans le cas présent n’existent pas)?

On se rend compte que les Légaux ont peur des jeunes et du changement. Ben est regardé comme une bête curieuse, dangereuse même. Et pour les Légaux, il ne fait aucun doute qu’Anna et Peter vont à leur tour signer la Déclaration.

 

En entrant dans les laboratoires de Pincent Pharma, je ne pensais pas que l’on pouvait aller plus loin dans “l’horreur” avec l’exploitation des Surplus. Mais j’avais sous-estimé Richard Pincent. Les pilules de Longévité ne lui suffisent plus, il veut aller plus loin avec la Longévité +. Et il n’hésite pas à faire des expérimentations.

Dans ce tome, on retrouve le personnage de Sheila que l’on avait rencontré dans le tome précédent. Elle a un petit rôle mais très important. Et l’on fait la rencontre de Jude. Dès son apparition, j’ai deviné son identité mais cela ne m’a pas empêché d’apprécier ce personnage, un peu rebelle.

Si on découvre le monde des Légaux, on découvre aussi le monde de la résistance avec son leader charismatique.

 

Un bon tome, bien écrit. L’auteur pose de bonnes questions. J’ai passé un très bon moment. Je me suis d’ailleurs plongée dans la suite immédiatement.

 

 

Lu en septembre 2011