Magnus de Sylvie Germain

9782070336487


Prix Goncourt des lycéens 2005
Publié par les éditions Folio
6,75 euros
265 pages
première publication: 2005

Résumé:

"D'un homme à la mémoire lacunaire, longtemps plombée de mensonges puis gauchie par le temps, hantée d'incertitudes, et un jour soudainement portée à incandescence, quelle histoire peut-on écrire?"

Franz-Georg, le héros de Magnus, est né avant la guerre en Allemagne. De son enfance, "il ne lui reste aucun souvenir, sa mémoire est aussi vide qu'au jour de sa naissance". Il lui faut tout réapprendre, ou plutôt désapprendre ce passé qu'on lui a inventé et dont le seul témoin est un ours en peluche à l'oreille roussie: Magnus.
Dense, trouble, cette quête d'identité a la beauté du conte et porte le poids implacable de l'Histoire. Elle s'inscrit au coeur d'une oeuvre impressionnante de force et de cohérence qui fait de Sylvie Germain un des écrivains majeurs de notre temps.

Commentaire:

Je ne sais pas quoi penser de cette lecture.
Le livre se lit facilement, mais j'ai anticipé pratiquement toutes les révélations du livre. Et l'histoire est entrecoupée d'extraits littéraires qui m'ont un peu gênés dans ma lecture. Cela peut plaire à des personnes mais moi j'avoue les avoir lus en diagonale. Je ne me suis intéressée qu'à l'histoire de Franz-Georg. Et c'est pour ça que je suis restée sur ma faim en lisant les dernières pages. Tout au long du livre, le héros cherche à retrouver les fragments de sa mémoire. Et au final, cela finit en queue de poisson.
De plus, par moment, j'ai trouvé que l'auteur avait des envolées lyriques. Mais en dehors de ces désagréments, J'ai bien aimé le thème du livre, cet enfant qui recherche qui il est réellement alors qu'on lui a toujours menti sur son identité.

Deux semaines après ma lecture, je ne sais toujours pas quoi en penser. J'ai l'impression d'être totalement passer à côté du roman. Dommage, mais je ne sais pas si je lirais autre chose de Sylvie Germain à l'avenir.

Lu en février 2010