La légende de nos pères de Sorj Chalandon

31pFLL22utL


Publié par les éditions Grasset
17 euros
256 pages
première publication: 2009
nominé pour le prix Goncourt 2009

Résumé:

"J’ai laissé partir mon père sans écouter ce qu’il avait à me dire, le combattant qu’il avait été, le Résistant, le héros. J’ai tardé à le questionner, à moissonner sa mémoire. Il est mort en inconnu dans son coin de silence. Pour retrouver sa trace, j’ai rencontré Beuzaboc, un vieux soldat de l’ombre, lui aussi. J’ai accepté d’écrire son histoire, sans imaginer qu’elle allait nous précipiter lui et moi en enfer..." S.C.

Commentaire:

Il y a certains auteurs que l'on reconnait dès les premières lignes, comme ces chanteurs que l'on reconnait dès les premières notes. Sorj Chaladon est de ceux là. Dès les premiers mots, j'ai retrouvé son style que j'apprécie beaucoup. Des mots simples mais poignants, qui touchent juste.
Après la guerre en Irlande, Sorj Chalandon s'intéresse à la Seconde Guerre Mondiale et aux résistants. Marcel Frémaux tente de retrouver l'histoire de son père en racontant l'histoire de Tescelin Beuzaboc. La fille de Beuzaboc, Lupuline, lui demande d'écrire la biographie de son père pour lui offrir à son anniversire. Le début de la collaboration est hésitante. Mais plus Beuzaboc se confie, plus le doute s'installe. Certains faits ne concordent pas avec la réalité historique.
Sorj Chalandon brosse le portrait d'hommes, héroïques chacuns à leurs manières. Des vies s'entremèlent et comme dans Mon traître la trahison prend place dans l'histoire. Mais une autre forme de trahison. Ce roman est là pour rendre hommage à la Résistance, à ces hommes et à ces femmes qui se sont battus pour la liberté.
Le style est poignant, il m'a ému, comme toujours avec les romans de Sorj Chalandon. Les personnages ne sont ni tout blanc ni tout noir. Et cela permet de se sentir proche d'eux. Ce roman est "devoir de mémoire", mais c'est surtout un magnifique roman qui prend place dans mes romans coups de coeur.

Lu en septembre 2009