Les hommes qui n'aimaient pas les femmes de Stieg Larsson

Le tome 1 de la trilogie Millénium

41PTCVTN31L


Publié par les éditions Actes Sud
575 pages
21,66 euros
titre original: Män som hatar kvinnor
traducteurs: Lena Grumbach et Marc de Gouverain
première publication: 2005

Résumé:

Ancien rédacteur de Millénium, revue d'investigations sociales et économiques, Mikael Blomkvist est contacté par un gros industriel pour relancer une enquête abandonnée depuis quarante ans. Dans le huis clos d'une île, la petite nièce de Henrik Vanger a disparu, probablement assassinée, et quelqu'un se fait un malin plaisir de le lui rappeler à chacun de ses anniversaires. Secondé par Lisbeth Salander, jeune femme rebelle et perturbée. placée sous contrôle social mais fouineuse hors pair, Mikael Blomkvist, cassé par un procès en diffamation qu'il vient de perdre, se plonge sans espoir dans les documnts cent fois examinés, jusqu'au jour où une intuition lui fait reprendre un dossier. Régulièrement bousculés par de nouvelles informations, suivant les méandres des haines familiales et des scandales financiers. lancés bientôt dans le monde des tueurs psychopathes, le journaliste tenace et l'écorchée vive vont résoudre l'affaire des fleurs séchées et découvrir ce qu'il faudrait peut-être taire...

Commentaire:

J'ai toujours du mal avec les grands succès littéraires, ceux qui sont partout, ceux pour lesquels ont dit: "quoi, tu ne l'as pas lu? ( en général de la part de personne qui n'ont lu que ce livre dans l'année ).
Millénium ne fait pas exception à la règle. A la sortie de la trilogie, on a été envahi par la folie Millénium. De quoi me passer l'envie de le lire. Trois ans après sa sortie, je me suis décidée à lire le tome 1 pour voir si le battage autour du livre était fondé. Et je dois dire que j'ai été déçue. C'est, certe, un bon polar, mais je n'irai pas jusqu'à l'encenser. Il ne m'a pas happé au point de ne plus le lâcher. Au contraire, j'ai eu du mal à le commencer, et à le finir, toute la partie journalistique et économique ne m'ayant pas plu. La partie enquête est bien menée et revisite de façon originale le meurtre en huis-clos.
Un détail qui m'a gené: on dirait une publicité pour les ordinateurs de la marque à la pomme . Je n'ai rien contre la marque, au contraire je suis même très fan, mais ici c'est trop. Pourquoi ne pas parler de l'ordinateur sans citer de marque et l'intégralité de ses composants.
D'après mes amis, on devient vraiment accro à partir du tome 2. A voir.

Lu en septembre 2009