Marius de Marcel Pagnol

 

couv7303901

 

Le premier tome de la "Trilogie marseillaise"

 

Résumé:

Le port de Marseille, dans les années vingt.
Marius, le fils de César, patron du bar de la Marine, est partagé entre son amour pour Fanny la petite marchande de coquillages, et son désir de prendre la ruer, de parcourir le monde... Lorsque Marcel Pagnol, en 1929, fait représenter Marius sur une scène parisienne, sans doute ne se doute-t-il pas que ses personnages deviendront aussi célèbres qu'Harpagon ou monsieur Jourdain. Deux ans plus tard, Pagnol et Alexander Korda en tirent un film, Raimu, Charpin, Orane Demazis, Pierre Fresnay reprennent leurs rôles, et la pellicule les immortalise.
Ils feront le tour de la terre.... " Quand tu me parles sur ce ton, quand tu m'espinches comme si j'étais un scélérat... Je ne dis pas que je vais pleurer, non, mais moralement, tu me fends le cœur. "

 

Commentaire: Marcel Pagnol a bercé mon enfance. Normal avec une mère qui est fan et qui adore la provence. J'ai dû voir une dizaine de fois les films originaux de la "Trilogie marseillaise" avec Raimu. Et là je découvre la pièce qui est à la base du film. En lisant les dialogues je pouvais entendre la voix de Raimu avec cet accent chantant du sud. Le texte n'a pas pris une ride. Outre la célèbre partie de carte avec le "Tu me fends le coeur", j'adore le passage où l'un des personnages qui revient de Paris dit qu'il a vu au moins quarante Cannebières. Chose impossible pour nos amis merseillais.

Histoire intemporelle, où Marius doit choisir entre l'amour de Fanny et l'amour de la mer. La scène est centrée sur le bar de la Marine, unité de lieu oblige. Mais le vieux port de Marseille est présent tout au long de la pièce, en arrière plan, tel un acteur.

Marius est à l'origine une pièce de théâtre, mais elle a été adapté plusieurs fois pour le cinéma. Mais pour moi, la meilleure reste celle de 1931 avec les acteurs de la pièce d'origine.

Pour vous, un extrait:

"CÉSAR

…Tu ne sais même pas doser un mandarin-citron-curaçao. 
Tu n'en fais pas deux pareils !

MARIUS 
Comme les clients n'en boivent qu'un à la fois, 
ils ne peuvent pas comparer.

CÉSAR 
Ah ! Tu crois ça ! Tiens le père Cougourde, un homme admirable 
qui buvait douze mandarins par jour, sais-tu pourquoi il ne vient plus ? 
Il me l'a dit. Parce que tes mélanges fantaisistes risquaient 
de lui gâter la bouche.

MARIUS 
Lui gâter la bouche ! Un vieux pochard qui a le bec en zinc.

CÉSAR 
C'est ça ! Insulte la clientèle au lieu de te perfectionner dans 
ton métier ! Eh bien, pour la dixième fois, je vais te l'expliquer, 
le picon-citron-curaçao. (Il s'installe derrière le comptoir.) 
Approche-toi ! 
(Marius s'avance et va suivre de près l'opération. César prend 
un grand verre, une carafe et trois bouteilles. Tout en parlant, 
il compose le breuvage.)
 Tu mets d'abord un tiers de curaçao. 

Fais attention : un tout petit tiers. Bon. Maintenant, un tiers de citron. 
Un peu plus gros. Bon. Ensuite, un BON tiers de Picon. Regarde 
la couleur. Regarde comme c'est joli. Et à la fin, un GRAND tiers d'eau. Voilà.

MARIUS
Et ça fait quatre tiers.

CÉSAR 
Exactement. J'espère que cette fois, tu as compris. 
(Il boit une gorgée du mélange).

MARIUS 
Dans un verre, il n'y a que trois tiers.

CÉSAR 
Mais, imbécile, ça dépend de la grosseur des tiers !

MARIUS 
Eh non, ça ne dépend pas. 
Même dans un arrosoir, on ne peut mettre que trois tiers.

CÉSAR (triomphal) 
Alors, explique moi comment j'en ai mis quatre dans ce verre.

MARIUS 
Ça, c'est de l'arithmétique.

CÉSAR 
Oui, quand on ne sait plus quoi dire, on cherche à détourner 
la conversation."

 

>> Je viens de me rendre comte que dans l'édition du livre que je possède, cette scène est absente. J'ai la phrase où César dit "insulte la clientèle"  et on va directement à la suite de cet extrait. Bon d'accord j'ai une très vieille édition ( de 1946 ), mais si il manque un extrait, il en manque peut-être d'autres. Va falloir que je vérifie ça.

Infos sur le livre:

  • Publié par Fortunio Poche ( couverture du haut )
  • 5,51 euros
  •  317 pages